Mot de passe perdu  

ça ose tout

Le "bien-être", une notion floue ...

Depuis plusieurs années La Miviludes* (la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires)s'inquiète de l'explosion du nombre des médecines ou pratiques dites "alternatives".

Selon son rapport 2017, ces salons, où certains charlatans font la promotion de leur activité, se multiplient.
"Le public […] est séduit par l’argument de la solution alternative et « naturelle » loin du système de soin institutionnel et de l’industrie, sans être conscient ou voulant ignorer qu’il existe aussi dans les propositions dites alternatives une logique commerciale", explique la Miviludes.
Celle-ci évoque par ailleurs "la multiplication des […] ouvertures de cabinets, instituts ou centres de médecine alternative", et estime que la documentation relative au secteur du "bien-être" est encore trop rare.
"Au-delà du risque sectaire, il y a bien un enjeu de santé publique", conclut la Miviludes.

 Source:
https://www.francetvinfo.fr/sante/psycho-bien-etre/alerte-aux-derives-sectaires-dans-le-domaine-de-la-sante_2676880.html

*La Miviludes est une mission interministérielle instituée auprès du Premier ministre par décret présidentiel du 28 novembre 2002.

  • Elle mène une action d’observation et d’analyse du phénomène sectaire à travers ses agissements attentatoires aux droits de l’homme, aux libertés fondamentales et autres comportements répréhensibles
  • Elle coordonne l’action préventive et répressive des pouvoirs publics à l’encontre des dérives sectaires et contribue à la formation et l’information de ses agents.
  • Elle informe le public sur les risques voire les dangers auxquels il est exposé et facilite la mise en œuvre d’actions d’aide aux victimes de dérives sectaires.

voir le Rapport annuel d'activité 2016-2017:
https://www.derives-sectes.gouv.fr/sites/default/files/publications/francais/rapport_miviludes_2017_web_v2_0.pdf

Dix conseils pour se protéger de la dérive sectaire

Communiqué de la préfecture

Opération du Comité Opérationnel Départemental Anti-fraude (CODAF) de saône et Loire à Paris-l'hopital
Vendredi 5 juillet 2019

– Ce matin, vendredi 5 juillet, une opération inter-services s’est déroulée sur la commune de Paris-l’Hôpital, sous l’autorité du parquet de Chalon-sur-Saône, en lien avec la sous-préfecture de Chalon-sur-Saône, dans le cadre du comité opérationnel départemental anti-fraude (CODAF).
Elle a concerné une propriété privée occupée par des personnes de nationalité bulgare. Sur le site, à côté de l’habitation principale, étaient installés de nombreux véhicules et caravanes immatriculés en Bulgarie, dont beaucoup à l’état d’épave. Des tentes et autres installations sanitaires précaires complétaient ce campement de fortune.
Plus d’une cinquantaine d’agents de l’Etat ont été mobilisés pour cette opération : trente-huit militaires de la Gendarmerie nationale, le substitut du procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance (TGI) de Chalon-sur-Saône, deux agents de la Direction Départementale des Finances Publiques (DDFIP), un agent de la Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l’Emploi (DIRECCTE), deux agents de l’Agence régionale de la santé (ARS), un agent de la Direction départementale des territoires (DDT), deux agents de l’Agence française pour la biodiversité (AFB) et deux agents de la Mutualité sociale agricole (MSA). Etaient également présents les représentants de
la sous- préfecture de Chalon-sur-Saône et de la mairie.
Cette opération a permis de caractériser différentes infractions pénales au regard notamment des législations du travail, fiscale, de la santé et de la salubrité publiques, de l’environnement et de l’urbanisme. Le site est placé sous scellés judiciaires, notamment dans l’attente d’une procédure administrative pour habitat insalubre.
20 ressortissants bulgares dont 2 mineurs étaient présents lors de l’intervention. Des officiers de police judiciaire ont procédé à leur contrôle d’identité, avant de les entendre à la gendarmerie de Chagny. Le campement comptait au total 50 personnes, 30 personnes supplémentaires ayant été identifiées au retour du travail dans les vignes. Laissés libres à l’issue de la procédure, ces ressortissants bulgares ont pu récupérer leur véhicules et effets personnels avant d’évacuer le site.
Une ressortissante bulgare soupçonnée d’être responsable de l’organisation du site a été placée en garde à vue en tant qu’auteur présumé de l’infraction de travail illégal et du délit de marchand de sommeil. Son mari également soupçonné serait actuellement en Bulgarie.

La propriétaire des lieux, une femme de 75 ans résidant à Paris, a porté plainte pour abus de confiance. Elle sera entendue par la gendarmerie. L'évacuation des installations d'habitat précaire sera effectuée par une entreprise spécialisée dans la gestion des déchets.

La remise en état du site, à charge du propriétaire, sera coordonnée et controlée par la mairie dans les prochains jours.

 

source: https://twitter.com/Prefet71

extrait de l'article publié le 12 mai 2019 par  L’Association française pour l’information scientifique (Afis)


" La viticulture biodynamique est une des nombreuses ramifications de l’anthroposophie, courant ésotérique controversé 1fondé par Rudolph Steiner au début du XXe siècle...
Deux marques de certification, Demeter et Biodyvin, décernent un label « biodynamique » sur la base d’un cahier des charges drastique que l’on trouvera sur les sites de ces deux organismes. En France, Demeter annonce 430 exploitations certifiées et Biodyvin 135, chiffres à comparer au nombre total de 49 000 exploitations spécialisées en viticulture, dont 5 260 en « bio » (agriculture biologique).

 ... À la lecture des arguments publicitaires, le consommateur d’un vin issu de la biodynamie aura généralement l’impression d’avoir dans son verre un super vin bio ... Il n’aura généralement pas pris conscience de ce qui est pourtant l’essentiel : l’application à l’agriculture des concepts anthroposophiques de Steiner, avec en particulier l’utilisation de la bouse de corne et l’adaptation aux rythmes zodiacaux. On peut se demander si la discrétion à ce sujet des viticulteurs en biodynamie ne vient pas de leur crainte d’une réaction rationnelle des consommateurs, se demandant si l’on ne se moque pas d’eux."

 

Lire l'article complet : https://www.pseudo-sciences.org/Vin-biodynamique-vin-bio-quelle-difference?fbclid=IwAR01518P1BQLKf6nL-XsJG4eGfP2tiVir-hwflwuEtph70uaudrQHNxUa2E

Tous les articles

Copyright DCA © 2011-2019. All Rights Reserved.