Mot de passe perdu  

Cérémonie du souvenir, un rituel communautaire

Un village rural traditionnel est une communauté qui possède et gère des biens communs. La vie communautaire ne se borne pas aux activités économiques, elle est rythmée par des manifestations communes.
Quand l'école, le bistrot et la messe du dimanche ont disparu, les commémorations, rituels incontournables de l'après-guerre, font partie de ces cérémonies qui permettent à la population de se retrouver, de prendre des nouvelles les uns des autres, de lire sur le visage de leurs voisins la marque du temps qui passe.
La communauté villageoise survivra-t-elle à leurs disparitions programmées ?
Thierry Motot
26/08/2020

 

Message de M. Kader Arif, ministre des anciens combattants, en hommage aux combattants de la Résistance, le 8 mai 2013.

 68ème anniversaire de la Victoire du 8 mai 1945
 

Nous célébrons aujourd’hui le 68ème anniversaire de la victoire des Alliés, le 8 Mai 1945, sur l’Allemagne nazie.

Ainsi s’achevait une tragédie qui, pour la France, avait commencé cinq ans plus tôt par la défaite de son armée, se poursuivant par une avilissante occupation dont les conséquences sont désormais bien connues de tous : collaboration, humiliation, déportation, extermination….

Pourtant, dès juin 1940, certains refusèrent l’inacceptable. Auprès du Général de Gaulle à Londres, formant les Forces françaises libres, ou au sein de la Résistance intérieure, ces idéalistes, ces patriotes allaient entraîner à leur suite ces femmes et ces hommes, ces « soutiers de la gloire » comme les appellera Pierre BROSSOLETTE.

Ces combattants, venus de tous horizons, s’associèrent progressivement en réseaux pour mener des actions de diverses natures, communication clandestine, sabotage, aide aux fugitifs et notamment aux enfants Juifs persécutés.

L’unificateur de cette Résistance, Jean MOULIN, créa le Conseil national de la Résistance dont il présida la première réunion, le 27 mai 1943, il y aura 70 ans dans quelques jours.

Parallèlement, la formation de maquis constitua un échelon supplémentaire dans la lutte contre l’ennemi, contribuant à la réussite des débarquements et à la libération du territoire national. Dès l’automne 1943, la libération de la Corse fut l’oeuvre conjointe des résistants de l’île et des soldats de l’Armée d’Afrique.

De quelle abnégation ont-ils fait preuve, tous ces combattants de « l’armée des ombres » célébrée en 1943 par Joseph KESSEL, pour que la liberté triomphe enfin !

« Jamais la France n’a fait guerre plus haute et plus belle que celle des caves où s’impriment ses journaux libres, des terrains nocturnes et des criques secrètes où elle reçoit ses amis libres et d’où partent ses enfants libres, des cellules de tortures où malgré les tenailles, les épingles rougies au feu et les os broyés, des Français meurent en hommes libres. » (Joseph Kessel, in « L’armée des ombres »)

Unis par un même idéal, leur courage et leur volonté furent plus forts que tout.

En cette année 2013, à travers l’année de la Résistance, c’est à eux tous que la Nation rend hommage, à toutes ces femmes, tous ces hommes, dont le sacrifice librement consenti permit à la France de siéger à la table des vainqueurs, le 8 mai 1945, et à l’Europe de se reconstruire.

Moins de vingt ans plus tard, le traité de l’Elysée, signé par le Général de Gaulle et le chancelier ADENAUER, allait ouvrir la voie à une amitié franco-allemande profonde et durable, dont nous célébrons le 50ème anniversaire cette année. Elle est l’un des ciments de la paix en Europe.

Notre devoir est d’oeuvrer aujourd’hui comme hier pour le maintien de cet héritage de paix, légué par les combattants de la Seconde Guerre Mondiale.


Source http://www.manche.pref.gouv.fr, le 13 mai 2013

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

Cérémonie du souvenir à Change,
suivi du vin d'honneur offert par Franck GUERIN en hommage à son père George décédé brutalement le 7 novembre 2011 à l'âge de 76 ans.

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

Cérémonie du souvenir à Change le 8 mai 2011

Le 8 Mai : Fête de la victoire de 1945 
http://fr.wikipedia.org/wiki/8_mai_1945
http://www.cheminsdememoire.gouv.fr/page/affichecitoyennete.php?idCitoyen=2

Discours Gérard LONGUET Ministre de la défense et des anciens combattants

Qui est Gérard Longuet ?

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)



Cérémonie du souvenir à CHANGE
8 mai 2010

Message d'Hubert Falco, secrétaire d'Etat à la défense et aux anciens combattants

 

iMessage d'Hubert Falco, secrétaire d'Etat à la défense et aux anciens combattants, sur la commémoration du 8 mai 1945, le 8 mai 2010.

En ce 8 mai 2010, la France célèbre le soixante-cinquième anniversaire de la Victoire de 1945.

Cette Victoire mettait un terme à plus de cinq années de guerre.

Cinq longues années de privations, d'exactions, durant lesquelles l'Europe fut mise à feu et à sang sous le joug nazi.

En cette journée nationale, la France se souvient de tous ceux qui ont souffert, militaires et civils, tombés au combat ou sous les bombes, pourchassés, déportés, victimes de l'antisémitisme, du racisme et de l'obscurantisme.

En ce début de cycle commémoratif du soixante-dixième anniversaire de la Seconde Guerre mondiale, la France n'oublie pas non plus ses combattants qui, au printemps 1940, tentèrent, sur les sols de Norvège, de Belgique et de France, d'enrayer autant qu'il fut possible l'avancée des armées allemandes, en dépit des conceptions stratégiques dépassées et des errements du commandement.

Injustement moqués, calomniés, les « soldats de 40 » n'ont pourtant pas démérité : les noms de Narvik, Gembloux, La Ferté, Dunkerque, Chasseley ou Saumur évoquent encore, dans la mémoire collective, la force de leur engagement.

La honte devrait retomber sur ceux qui sollicitèrent et signèrent un lâche armistice, avant de sombrer peu après dans l'abjecte collaboration avec l'ennemi nazi.

Mais la flamme de la résistance française ne s'éteignit pas. L'appel historique à la résistance lancé par le Général de Gaulle depuis Londres, le 18 juin 1940, en est l'acte fondateur.

Ce fut cette poignée de volontaires qui choisit la France libre.

Ils bravèrent tous les dangers pour continuer la lutte aux côtés des Alliés, portant haut les trois couleurs nationales, d'Afrique en Europe jusqu'au coeur du territoire ennemi.

Dans quelques semaines, le Chef de l'Etat leur rendra hommage en commémorant à Londres et au Mont-Valérien, en présence des derniers témoins de cette épopée, le soixante-dixième anniversaire de cet Appel historique.

Ce furent tout autant ces hommes et ces femmes, ces « soutiers de la gloire » dont parlait Pierre Brossolette, qui formèrent, à l'intérieur du pays, au péril de leur vie « l'armée des ombres » entretenant, ainsi, sur le sol national, la flamme vacillante de la liberté.

Pour ces résistants qui revinrent des camps de déportation où leur engagement les avait menés, cette liberté sonnait aussi, il y a soixante-cinq ans.
Aujourd'hui, réitérant son choix de célébrer le 8 mai 1945 sur des lieux emblématiques de la libération du territoire national, le Président de la République Nicolas Sarkozy est à Colmar pour honorer ces libérateurs, en particulier les soldats de la 1ère armée du Général de Lattre de Tassigny, qu'une marche victorieuse depuis la Provence avait conduit en Alsace.

Cette terre d'Alsace si chère au coeur de tous les Français fut une victime particulière du nazisme : annexion de fait, déplacement forcé de populations, tentative de nazification, incorporation de force sous l'uniforme ennemi. Sa reconquête marquait un pas décisif dans la chute du même Reich.

Le 8 mai 1945, la France redevenue elle-même, s'asseyait à la table des vainqueurs du nazisme, retrouvant son rang en même temps que son honneur et sa liberté.

La page est désormais tournée.

Les pays du vieux continent ont su dépasser ce qui les opposait. Ces nations qui se sont tant déchirées construisent, ensemble, une Europe de la paix, des droits de l'Homme et de la solidarité économique sur laquelle nous fondons tous, l'espoir d'un avenir meilleur et fraternel pour les générations futures.


Source http://www.defense.gouv.fr, le 12 mai 2010

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)




Journée nationale de commémoration 8 mai
Cérémonie du souvenir à Change

 

Message de M. Jean-Marie Bockel
Secrétaire d'Etat à la défense et aux anciens combattants

Nous commémorons aujourd'hui le 64eme anniversaire de la capitulation de l'Allemagne nazie, le 8 mai 1945. Cette journée nationale rappelle la victoire du camp Allié contre le nazisme. Elle marque également la fin des combats de la Seconde Guerre mondiale en Europe.

Par l'ampleur des pertes humaines, des destructions matérielles et des souffrances infligées aux populations civiles, la Seconde Guerre mondiale se distingue de tous les autres conflits.

Elle s'illustre tristement par le mépris de l'humain.
Le système concentrationnaire mis en place par l'Allemagne nazie a fait reculer les frontières de la civilisation : les persécutions raciales, l'internement des populations civiles et l'horreur des camps d'extermination marquent le mépris de l'humain et le recul des valeurs héritées des Lumières.

Le 8 mai évoque ainsi la victoire des valeurs de la civilisation contre la barbarie, le triomphe de la démocratie contre le totalitarisme nazi.

Le 8 mai 1945, la France renaît de ses cendres. Elle efface la honte de la défaite et de l'Armistice de juin 1940.

Avec ses armées reconstituées, la France a participé pleinement à la victoire finale contre le nazisme. Elle n'a en réalité jamais cessé de combattre : à Londres, derrière le général De Gaulle, en France, dans les rangs de la résistance intérieure et partout ailleurs, sur terre, sur mer et dans les airs, des français ont continué la lutte.

L'armée qui s'est élancée le 15 août 1944 vers les plages de Provence témoignage de cette unité retrouvée de la nation française à l'heure des grands défis. Eléments gaullistes de la 1ère Division française libre, combattants de l'armée d'Afrique, tirailleurs sénégalais, goumiers marocains, bataillon des Antilles, Forces françaises de l'Intérieur : c'est toute la France qui est au rendez-vous pour la Libération de son territoire.


C'est cette France réunifiée que le Président de la République Nicolas Sarkozy a souhaité mettre à l'honneur cette année, en se rendant le 8 mai à la Nartelle afin d'y honorer la mémoire des combattants du Débarquement de Provence.

Le 8 mai 1945, à l'heure de la victoire, la France siège aux cotés des Alliés à la table des vainqueurs et reçoit la capitulation de l'Allemagne nazie. Le 8 mai 1945, la France retrouve sa souveraineté et l'intégrité de ses frontières. Le 8 mai 1945, la France retrouve également son âme.

De l'horreur de la guerre est né aussi un espoir : celui d'un monde de coopération et de paix entre les peuples. La création des Nations Unies et la construction européenne, initiée dans l'élan de la reconstruction morale et politique de l'après-guerre, concrétisent cette promesse. Cette journée nationale de commémoration nous rappelle enfin que la mémoire de ces événements doit vivre, et qu'elle doit être transmise aux générations futures.

Aujourd'hui, les témoins, anciens résistants, déportés ou anciens combattants, sont toujours parmi nous pour effectuer ce nécessaire travail de mémoire.

Ainsi le 8 mai est également l'occasion pour nous, pour toute la Nation, de les honorer, en rappelant leurs engagements, leur courage et leurs sacrifices.

La journée nationale de commémoration du _ mai occupe une place singulière dans l'ordre du souvenir.

Synonyme d'indicibles souffrances, cette journée du 8 mai nous rassemble également aujourd'hui autour des valeurs communes de liberté et de fraternité, qui demeurent au fondement même de notre contrat social et de notre identité.


8 mai 2009

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

Copyright DCA © 2011-2019. All Rights Reserved.